Return to site

Yolande • Du salariat à l'artisanat

Coworkeuse du mois de décembre 2017

Yolande se lance dans l'aventure entrepreneuriale. Elle nous raconte son cheminement, ses réflexions et son projet en cours.

Quel est ton parcours ?

J’ai travaillé dans les métiers de la vente, de l’accueil et du secrétariat en entreprise. C’était un choix par défaut, poussé par mes parents, car au fond, j’avais plutôt envie d’être esthéticienne et avoir mon institut.

Pendant 5 ans, j’ai travaillé pour un OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé). C’est un organisme chargé de collecter dans les entreprises les fonds financiers destinés à la formation des salariés.

" C’est à cette période que l’envie de créer mon entreprise, d’être à mon compte, est devenue de plus en plus présente."

Quand j’ai quitté cette entreprise, j’ai bénéficié d’une aide à la création d’entreprise par Pôle Emploi. A l’aide d’un tuteur, j’ai pu développer mon projet. En parallèle, je faisais de la confection d’accessoires pour bébés : doudous, bavoirs, tapis de change, etc. Je me suis alors inscrite sur « A little market » (qui a fermé en 2017 pour rejoindre ETSY, plateforme internationale) pour continuer à vendre mes créations.

En plus de la couture, j’étais passionnée par les arts créatifs. Je faisais également de la décoration d’objets : mosaïques, peinture sur verre, support en bois, confection de poupée en chiffon, bijoux, etc. Je pense avoir « touché » à presque tous les loisirs créatifs et « fait maison ».

De 2009 à 2017, j’ai vendu mes produits en ligne à des particuliers, via « A little market ». Mais lorsque j’ai reçu une commande de 400 bavoirs par une crèche, j’ai vraiment regretté de ne pas pouvoir honorer cette commande faute de statut juridique. Je vendais en tant que particulier uniquement. De plus, mon tuteur avait souligné un point très important : la toxicité de produits allergènes contenus dans certains tissus ou doudous et qui pouvaient être en contact avec la peau des bébés. N’ayant pas les moyens financiers pour faire tester tous mes produits en laboratoire, j’ai abandonné mon projet et me suis remise à la recherche d’un emploi.

Depuis 4 ans, je suis salariée d’une entreprise dans le secteur privé. Et c’est depuis environ 6 mois, que j’ai repris mon projet de création d’entreprise.

Quel est ton projet aujourd’hui

Pouvoir développer mon activité artisanale de confection pour bébés et enfants.

A terme, dans l’idéal, j’aimerais vivre de ma passion. J’ai été accompagnée ces derniers mois par l’organisme Vallée Sud le Grand Paris, pour développer mon projet de création d’entreprise notamment sur les aspects juridiques et d’étude de marché.

Curieuse de nature, j’ai des centres d’intérêts variés (couture, déco, bien-être). J’ai suivi au cours des derniers mois une formation en ligne en Aromathérapie, avec l’intention de devenir conseillère en aromathérapie ou praticienne.

L’accompagnement m’a permis de clarifier et préciser mon projet pour, finalement, rester sur celui qui me tient le plus à cœur : l’artisanat et la confection d’accessoires pour bébés et enfants.

"J’adore les enfants et ils sont pour moi une source inépuisable d’idées ! Les regarder, m’en inspirer, créer pour eux."

Actuellement, je vends mes créations sur la plateforme « un grand marché », où j’ai ouvert une nouvelle boutique en ligne.

J’y propose des objets de décoration, des vêtements, des cadeaux de naissance, etc.

Je recherche et travaille à partir de matériaux qui soient parfaitement adaptés aux nourrissons et conformes aux règlementations relatives aux substances dangereuses, comme certains colorants dans les tissus.

Aujourd’hui, mon intention est de donner plus d’ampleur à cette activité artisanale, et d’avoir un jour un atelier de confection.

Pourquoi le coworking ?

Pour avoir l’occasion de rencontrer d’autres créateurs d’entreprises, de partager des expériences et des conseils. De participer aux évènements proposés, de garder un lien avec d’autres personnes dans les moments de doute, ne pas rester seule chez moi.

Pourquoi Casaco ?

C’est la Mission Locale de Malakoff qui me l’avait recommandée.

" Lors de ma visite à Casaco, j’ai été très bien reçue et ça m’a donné envie de revenir. "

L'équipe m’a envoyé une demande de candidature pour être coworkeuse du mois de décembre. J’ai postulé. Et j’ai été élue ! Ce mois à Casaco a été pour moi une très bonne expérience.

Pour en savoir plus sur les activités de Yolande.

Merci à Sybille, membre de la Tribu CASACO, pour la rédaction de cet article

Pour en savoir plus sur le coworker du mois.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly